top of page
  • Photo du rédacteurAudrey

Mon été se résume en 1 mot : contraction.





Parce que les cycles font partis de la vie. Après l'expension, vient la contraction.

Vous vous souvenez peut-être, j'étais tombée dans l'escalier chez moi fin juin, me cassant 2 côtes. Et bien en revenant de chez mes parents la semaine passée, où j'ai brassé énormément de vieux objets (dont de vieux souvenirs d'enfance), je me suis cassée le petit orteil en me cognant sur le coin d'une boîte. Et comme je vivais plusieurs émotions suite au ménage que j'ai fait dans mes vieux souvenirs, et bien mon corps les a rapidement matérialisé, en irritant ma trachée et en encrassant mes poumons, tel un rhume.

Rien n'est laissé au hasard. J'ai rapidement ouvert mon dictionnaire de Jacques Martel (d'ailleur si vous ne l'avez pas, courez vous le procurer!) qui traite des causes émotionnelles de maux et maladies et BINGO, c'est bien ce que je vivais.


Maintenant je vis ces périodes de contraction beaucoup plus sereinement qu'avant, car je sais que c'est le signal pour me dire qu'il y a quelque chose à l'intérieur de moi qui est prêt à être libéré. Ça fait parti du processus d'évolution. Plus vite on s'intériorise pour aller voir à l'intérieur qu'est-ce qui doit être libéré et qu'on accepte le moment infortable au lieu de le fuir, plus vite on

prend du mieux.

On m'a demandé quel était mon processus de libération. La clé #1 est la méditation. Ça fait maintenant plus de 7 ans que je pratique la méditation presqu'au quotidien. Ça demande de la pratique et de la constance. Je ne serais pas rendue où je suis maintenant dans mon évolution si ce n'avait pas été de la méditation. Donc je m'intériorise et je vais voir à l'intérieur de mon corps, à l'endroit où se trouve la blessure physique, et je laisse les images venir à moi. Cet été, c'était ma petite fille intérieure qui demandait à être libérée. Tout d'abord, en fracturant mes côtes du côté droit, ça parlait surtout de la relation avec mon père et en me fracturant le petit orteil du côté gauche et le rhume, c'était en lien avec la relation avec ma mère. J'avais besoin de faire la paix avec mon passé pour vivre dans le présent éternel. Je me suis libérée de mon passé en le revisitant et ce


pour faire de l'espace pour quelque chose d'encore plus grand et plus beau.

Pour moi, le processus de la guérision passe par l'accueil, l'acceptation, le pardon et la libération.

Avec la médecine traditionnelle on a apprit à soigner le corps. Point. Mais le corps n'est que le baromètre de nos émotions, de notre âme et de notre inconscient. C'est la pointe de l'iceberg seulement. On panse le bobo au lieu d'aller voir la source du problème. On joue à l'autruche.

Ce n'est pas pour rien que les médecines alternatives sont de plus en plus populaires. Elles sont complémentaires à la médecine traditionnelle.

Je me trouve choyée de maintenant être consciente de ce processus de guérison, car mon corps m'a beaucoup fait souffrir et j'ai de moins en moins de tolérance à la douleur.

J'étais loin de penser que mes poupées muffin, ma collection de cartes de Barbie et mon jeu de magasin me donneraient autant d'inconfort! Parce que oui, il y avait encore tous mes jouets chez mes parents...

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page